Fil chronologique indicatif des évènements les vendredi 26 et samedi 27 mai 1967 à Pointe-à-Pitre et Les Abymes

Interview audio Laméca

Fil chronologique indicatif des évènements les vendredi 26 et samedi 27 mai 1967 à Pointe-à-Pitre et Les Abymes

Etabli à partir du rapport Stora (2016) et de l’ouvrage "Mé 67… Mémoire d’un évènement" (Raymond Gama et Jean-Pierre Sainton, 1985-2012).

 

VENDREDI 26 MAI

Vers 8h, Jarry (Baie-Mahault)
Devant un chantier, incidents violents entre grévistes du bâtiment et gendarmes. Des ouvriers sont blessés par balles.

10h, Chambre de commerce (Place de la Victoire, Pointe-à-Pitre)
Négociations entre représentants syndicaux et patronaux du bâtiment. Entre 1000 à 2000 personnes attendent l’issue des négociations, en présence de CRS et policiers (sous le commandement du Commissaire central Canalès).

13h, Place de la Victoire
Arrivée d’un peloton de gendarmes et de renforts policiers.

14h, Place de la Victoire
Rupture des négociations. Sortie de la délégation syndicale.
Deux sections de CRS de Guadeloupe (61 hommes) et les policiers protègent la sortie de la délégation patronale.
Début des affrontements violents avec les forces de l’ordre : jets de conques de lambis, pierres et bouteilles contre charges et tirs de grenades.

Entre 14h45 et 15h25, Place de la Victoire
Arrivée d’un 2ème peloton de gendarmes.
Intensification des affrontements. Tirs alternatifs à balles réelles qui font plusieurs blessés parmi les manifestants ; des CRS sont blessés par conques de lambis. Le jeune Georges Zadig-Gougougnan, Ary  Pincemaille, Jacques Nestor notamment sont abattus par des CRS. Ils décèdent à l’hôpital. S’en suit le pillage d’armureries et de quincailleries dans le quartier des quais.

A partir de 16h, Pointe-à-Pitre
Des groupes de jeunes porteurs de fusils de chasse et de pierre se répandent dans la ville, caillassent les véhicules de Blancs et incendient les voitures.

Vers 16h15, aéroport du Raizet (Abymes)
Le préfet Pierre Bolotte ordonne la suspension du rapatriement de l’escadron de gendarmerie mobile PUMA (surnommés "képis rouges" en Guadeloupe) originaire de Bapaume (Pas-de-Calais), arrivés en Guadeloupe le 21 mars, au deuxième jour des émeutes de Basse-Terre.

17h, Pointe-à-Pitre
Les gendarmes mobiles PUMA sont positionnés devant la sous-préfecture et l’armurerie Boyer (rue Delgrès). Ils tentent de récupérer les armes qui y ont été pillées. Premières arrestations dites de « flagrant délit ».
Début des patrouilles de la gendarmerie dans le centre-ville.

Vers 17h-17h30, Pointe-à-Pitre et Abymes
Quadrillage des CRS et des gendarmes mobiles PUMA. Occupation des carrefours stratégiques et du pont de la Gabarre. Débuts de l’ouverture de feu systématique et indistinctement contre passants et groupes de jeunes.

18h, Raizet (Abymes)
Garde du dépôt de carburants par des forces de 3ème catégorie de l’armée (33ème RIMA).

22h, Pointe-à-Pitre
Garde du supermarché UNIMAG par des gendarmes mobiles PUMA.

Après 22h, Pointe-à-Pitre et Abymes
Tirs, quadrillages, rafles, et constitution de centres de regroupement se poursuivent durant la nuit :
- Camille Taret, puis Aimé Landre sont parmi les tués, (rafales de mitraillettes) formellement identifiés dans la soirée du vendredi 26 mai.
- Plusieurs blessés légers et plus graves par balles, identifiés en partie nommément.
- Des actes de tortures dont certains entraineront le décès (Emmanuel Craverie) sont attestés.

 

SAMEDI 27 MAI

1h, Pointe-à-Pitre et Abymes
Relève des patrouilles des CRS de Guadeloupe par ceux de Martinique.
Arrivée de deux pelotons de gendarmerie de Martinique.

Vers 2h, Pointe-à-Pitre et Abymes
Fin des patrouilles des gendarmes mobiles PUMA (selon rapport officiel).

2h à 4h, Pointe-à-Pitre Sud
Patrouilles d’une brigade de CRS.

6h, Pointe-à-Pitre et Abymes
Reprise des patrouilles des gendarmes de Guadeloupe et des gendarmes mobiles PUMA.

6h15 et journée, Pointe-à-Pitre et Abymes
Reprise des patrouilles des gendarmes mobiles PUMA.

8h, Lycée Baimbridge (Abymes)
Début de la marche des lycéens et étudiants en direction de la sous-préfecture de Pointe-à-Pitre.

Vers 9h, Pointe-à-Pitre
Déploiement de CRS sur le rond-point Miquel.
Place de la Victoire, en face de la sous-préfecture, la manifestation des lycéens est violemment dispersée par la gendarmerie (usage des crosses de mousquetons, pas de tirs). Plusieurs blessés.   

11h, Pointe-à-Pitre
Arrivée de Martinique du Général commandant supérieur Interarmes Quilichini qui prend la direction des opérations.
Nouveaux tirs et exécutions sommaires. Omer Tidace est tué en pleine rue par un gendarme (plusieurs témoins visuels). Nouveaux caillassages. Arrestations sommaires.

13h, Pointe-à-Pitre
Déploiement de gendarmes mobiles PUMA devant un incendie au niveau d’Air France.

15h, Pointe-à-Pitre
Garde du supermarché PRISUNIC par des CRS.
Escorte du personnel Air France par des gendarmes mobiles PUMA.

16h, Pointe-à-Pitre et Abymes
Surveillance des enterrements par des CRS épaulés par les renseignements généraux.
Début des arrestations sur dénonciations.

 

______________________________________

© Médiathèque Caraïbe / Conseil Départemental de la Guadeloupe, 2021