MUSCADE, VIGNE...

www.lameca.org

 

Diverses tentatives plus ou moins avancées, ont été faites pour acclimater des plantes, des arbres et des cultures qui auraient pu alimenter un commerce.

Après la Révolution, Bruno Mercier, propriétaire de l'habitation Blondeau à Vieux-Fort, tente la culture de poivriers, muscadiers et girofliers. En 1826, le gouverneur Des Rotours lui remet de la part du roi, une médaille d'or en récompense de ses travaux utiles à la colonie. Mais, après son décès ses plantations sont abandonnées.

La vigne pousse dans les îles les plus sèches comme la Désirade ou les Saintes. En 1850, M. Penther tente la culture de la vigne sur une grande échelle dans son habitation de Gourbeyre. Il demande une aide auprès du gouvernement. Les échantillons de grappes produits montrent que ses expérimentations sont sérieuses, il lui est accordé 500 F. à titre d'encouragement. Il abandonne après quelques échecs de vendanges.

D'autres tentatives sont régulièrement entreprises comme à Saint-François dans les années 1980. Cependant, le raisin cultivé en Guadeloupe reste une curiosité plus qu'une activité agricole.


planche : muscadier aromatique

gravure : ceps de vigne

Pistes pédagogiques

Cherchez le nom d'îles proches productrices de muscade. Pourquoi la Guadeloupe n'en produit-elle pas ?

Pensez-vous que la culture de la vigne soit compatible avec le climat de la Guadeloupe ? Dans quelles conditions en a-t-on produit sur place ?

... pour les réponses, cliquez ici

 

haut de la page